Coup d’envoi @ La Laiterie

Tour à tour bloqué par le confinement, puis par l’interdiction de se produire sur scène, c’est en Alsace que RLHT peut enfin jouer devant un public venu les accueillir le vendredi 2 octobre 2020 dans la très mythique salle strasbourgeoise : La Laiterie. [Entretien avec Tony A.M. (guitare) par DeCibelle – Photos : DeCibelle]


Bonjour Tony, alors aujourd’hui ça sera le premier concert après une très longue pause, on va dire, car manque de bol, votre dernier album est sorti le 28 février et des dates auraient dû s’enchaîner , et puis le 13 mars tout s’est arrêté. Comment avez vous vécu cette attente ?
Pour la petite histoire, nous étions à Paris, la semaine avant le confinement, pour préparer un concert avec Hangman’s Chair, un groupe parisien, et on devait jouer dans un festival dans le nord de la France et en arrivant au fest le vendredi, on a appris que Edouard Philippe avait fait son discours, donc on s’est retrouvé comme des cons à rentrer chez nous avant même de faire notre premier concert! Heureusement, on n’avait pas déchargé le camion. Au début, comme c’était une situation exceptionnelle, on a pris sur nous. On s’est dit : c’est pareil pour tout le monde, et on avait parié sur la rentrée et qu’à la rentrée, ça ne rentre pas « normalement » … en tout cas avec des mesures de distanciation sociale, que tout le monde soit assis etc., là, ça commence à être un peu déprimant. On a pu maintenir ou décaler des dates, comme La Laiterie, des grosses salles qui peuvent se permettre d’accueillir le concert dont il est question. C’est donc super frustrant car la première semaine où l’album est sorti, nous avons eu de superbes bonnes critiques, on n’avait jamais vécu ça, car c’était la première fois qu’on sortait un album chez un gros label [NDLR : Season of Mist] on sentait la différence, dans les réseaux sociaux, les retours presse et c’est horrible d’être coupé dans un envol comme ça. C’est l’incertitude qui est vraiment pesante, et là, on a appris que les festival d’été risquaient de sauter. S’il n’y a pas de festival d’été pour nous, c’est extrêmement difficile. Avec cet album on pensait conforter notre position en France et surtout nous développer à l’étranger. Les festivals étrangers, c’est souvent le meilleur moyen pour te faire connaître. On avait calé nos vies professionnelles en fonction de ça. La composition de l’album a été rude, en un an, ce qui n’est pas trop long, et les concerts, ça devais être la partie « récompense »

Oui d’autant plus que vous avez attendu cinq ans pour sortir Ascension, le dernier de la triologie. Cinq ans c’est très très long , donc maintenant il va falloir encore attendre pour avoir cette récompense …
Oui c’est ça, mais on n’a pas « rien fait » pendant cette période-là, on a fait beaucoup de concerts, pendant cette periode-là, après Exile, on s’est arreté vers 2017 en se disant : « quand on va reprendre, il va y avoir plein de dates qui vont tomber », on s’etait préparé à ça ! Donc maintenant, encore attendre, oui, ça va être très dur. Au début, j’étais contre faire des concerts dans le cadre du Covid je trouve bizarre de faire un concert Métal assis, avec des masques …

On verra ça ce soir …
On verra ça ce soir oui , mais … c’est vrai que nous retrouver là, en faisant les balances c’est agréable !


Ce soir c’est sold out, les places sont très vite parties, ça montre bien que le public est là, qu’il vous attend et est fidèle.
Exactement, et c’est ça qui est super. Mais au debut, je voulais qu’on joue dans les conditions d’un vrai concert, donc nous avons adapté notre scénographie un peu à ça, et ce soir c’est le test et on est super content ! Ce soir on joue, demain aussi.

Metz demain
Oui puis Montbeliard, peut-être Paris la semaine prochaine, on verra ….

Il y a eu entre mars et aujourd’hui le « Hellfest From Home », avec Stinky et Ultra Vomit , donc un concert avec le Covid malgré tout. Peut-être un peu frustrant en tant qu’artiste, non ? De pouvoir jouer, savoir que derrière les écrans il y avait des milliers de personnes qui y assistaient mais ne pas avoir le contact, le feeling avec le public ?
C’est vrai, et tu vois, le « Hellfest from home » nous a fait du bien parce qu’il nous a remotivés, parce qu’on nous a contacté trois semaines avant le streaming et ça nous a remis dans un truc de se dire «  OK, on a ça à préparer » et j’en garde un excellent souvenir, de ce concert. On avait réfléchi à l’avance, on voulait recréer nos conditions de répétition, et on s’est dit : il n’y aura pas de public, quelques proches, mais pas de public, alors on s’est dit : « Pourquoi pas jouer en cercle, pour aussi recréer la pochette de l’album, jouer et vivre la musique, comme si c’était un vrai concert, un peu comme un rituel, une cérémonie, c’etait vraiment très personnel et ce soir on a eu envie de recréer ça, sur cette tournée en mode Covid, en se disant « OK , on va aborder les choses de façon un peu plus théâtrale ».

Plus intimiste aussi
Plus intimiste , c’est ça un peu moins rock and roll et je pense que ça va être bien.

On va voir ça après ! Ça sera le premier concert pour beaucoup !
On a toujours pas pu discuter avec les gens qui ont acheté notre album, donc ça va être une première pour nous aussi et de jouer devant un public, ça va être incroyable parce que depuis notre collaboration avec Hangman’s Chair à Paris dans le cadre d’un festival organisé par Førtifem [RedBull Music Festival au Trianon ] c’était quasiment il y a pile un an, il y a eu un accueil extraordinaire, car on ne jouait quasiment plus, on travaillait à fond sur cet album, et en arrivant sur scène, il y a eu un accueil vraiment extraordinaire. C’est pour ça qu’au début je me suis dit : « on va reprendre les concerts, sans ça, car avec les gens assis …. Enfin on verra bien ! » J’étais le seul contre ça, car les autres voulaient reprendre la route et … ils avaient raison !

Les Alsaciens ont réputation d’être un bon public.
On avait joué ici il y a trois ans avec un groupe allemand, Der Weg Einer Freiheit, j’en garde un super bon souvenir, une des meilleures dates de la tournée.

Ben Barbaud a déclaré cette semaine, dans une interview, qu’il était inquiet pour la tenue du Hellfest 2021 et pour les festivals d’été, quelles sont tes impressions pour 2021 ?
Nous avions une tournée européenne avec un groupe américain, mais ça risque d’être compromis… Il y a de l’activité, on reçoit des demandes, mais il y a une incertitude, je pense que tout le monde doit continuer à travailler et Ben Barbaud a eu raison de s’exprimer, c’est un peu un moyen de mettre la pression sur le gouvernement, il va falloir trancher, parce que suivant l’endroit où l’on va jouer, il y a des jauges plus ou moins élevées. C’est bizarre… On se disait que si jamais on ne pouvait pas faire de festivals d’été, ce que l’on craint, c’est que notre album passe à la trappe ! Sortir un album, c’est aussi faire des concerts, on est super fier de cet album, et ça ferait mal au cœur de se dire qu’il faut recomposer quelque chose, car si tu as des groupes qui sortent des albums dans un an et que les concerts ne reprennent pas avant un an, ce sont les nouveaux groupes qui seront là. Si le Hellfest annule en 2021, ils ne vont surement pas reprendre en 2022 la même affiche prévue en 2020, donc oui, un peu de stress …

On a fait le tour , tu as quelque chose à ajouter ?
Juste qu’on est hyper heureux de reprendre les concerts, rien que d’être dans le van tous les 5 tout-à-l’heure avec les techniciens, on était super content de reprendre la route.

Ce soir c’est le premier soir, on est en octobre, et c’est jusqu’en décembre ?
Oui c’est ça ! Jusqu’en décembre ! Et ce soir, c’est notre premier concert depuis un an et le premier Regarde les Hommes Tomber qu’on fait sans collaboration depuis deux ans. Les morceaux, on les a tellement joués en répétition qu’ils vont paraître datés alors qu’on n’a même pas encore officialisé le début de notre tour.

Eh bien voilà ! Ça sera le dépucelage ce soir !
En vrai, je pense que ça ne change pas vraiment. Si je suis fan de musique, si un groupe que j’adore sort un album et que je ne le vois pas avant un an, j’aurai la même excitation de le voir un an après que si ça avait été le lendemain de l’album.

LIVE REPORT

Coup d’envoi dans la région Grand Est ! Regarde les Hommes Tomber étaient en concert à la Laiterie ce vendredi 2 octobre . C’est à Strasbourg que les nantais ont pu enfin démarrer la tournée de leur dernier album Ascension, sorti le 28 février sous le label Season of Mist devant un public masqué et assis. Bien malgré les restriction sanitaires imposés, les fidèles ont répondu présents faisant même un sold out de cette grande messe tant attendu.

Une drôle d’ambiance tout de même, personne ne s’est bousculé à l’entrée, et un sol fléché façon Ikea montre le chemin à suivre pour aller chercher sa bière qui sera, finalement, interdite à l’intérieur de la salle de concert. Le bon côté c’est qu’on ne risque pas de la renverser en zigzaguant à travers la fosse. Des tables et des chaises sont donc disposées dans le hall . Il faut consommer assis et garder le masque lorsqu’on est debout. D’un oeil vigilant, la sécurité veille à ce que les protocoles soient respectés.
Et la sécurité, elle en pense quoi justement ?

Un agent se confie :
« Ca fait du bien de revenir et retrouver les collègues. Je n’étais pas revenu depuis le mois de mars , depuis le confinement. « 

Ce soir ils ne sont que trois, un en extérieur pour scanner et fouiller les sacs, deux en intérieur aux entrées et sorties de la grande salle. Personne ne sait vraiment à quoi s’attendre. Il n’y a pas de groupe en première partie. C’est par des portes qui, habituellement fermés sont spécialement ouvertes et qui font office d’entrée (il faut bien suivre le sens des flèches au sol) et que le publique ce gouffre par un couloir qui aboutira le long des gradins et c’est à gauche de la scène que se fera la sortie.

En fosse, des chaises sont mathématiquement espacées et alignées, un pictogramme placé une chaise sur deux indique « Cette place place doit rester libre ». (A noter qu’il s’agit de laisser un siège sur deux entre chaque groupe de moins de dix personnes venant ensemble ) L’éclairage tombe , et l’on distingue des chandeliers alignés sur scène d’où jailli une lueur de lumière à travers une brume lancé par des fumigènes. Les premières notes retentissent , une longue séquence d’introduction musicale s’en suit avant que T.C. prenne le micro pour enfin nous livrer Ascension. Difficile de croire que le groupe joue devant une salle comble. Les alsaciens, même metalleux, sont d’une droiture germanique et restent vissés sur leur chaises. On distingue à travers la pénombre quelques chevelus qui entament un headbang au fil des chansons et quelques horns up. L’ambiance dans la salle est vraiment très intime.

Le concert se termine comme il a commencé. Les lumières se rallument, sagement, le publique se lève, tourne à gauche, sort. Derrière le merch, Regarde les Hommes Tomber sont présents, sourire aux lèvres, ils semblent soulagés. Ils signent volontiers des autographes, discutent… A la question : « alors , finalement , comment c’était ? «  AM répond :  » C’était bizarre « .

[textes /photos by DeCibelle]

SET LIST

L’Ascension
The Renegade Son
A Sheep Among the Wolves
… to Take Us
The Incandescent March
The Crowning
Aubord du Gouffre
A New Order