Cette année encore, nous sommes allés près de Lyon pour une nouvelle édition de ce petit festival qui monte sur le stade de Saint-Maurice de Gourdans (01), le SYLAK Open Air

[Texte et photos : Philippe Jawor]

sylak-banner

Vendredi 5 août 2016.

Comme à son habitude, le festival ouvre ses portes vendredi, avec petite scène et canons à mousse, pour une soirée largement dédiée à la scène locale. Et on commence fort d’entrée de jeu avec Slaughterers, qui distille immédiatement un Death Metal des plus plaisants, devant un public qui arrive tranquillement, suivi par les Stéphanois de Mithridatic, eux aussi plutôt branchés Death costaud.

La suite n’en n’est pas moins intéressante : For The Lions réunit la fine fleur du hardcore lyonnais et de nombreux guests, afin de rendre hommage à ses glorieux aînés, Terror, Madball ou Hatebreed en tête, avant que Deadlysins ne débarque avec son Thrash Metal à l’ancienne – mais sans se prendre au sérieux, ce que l’on apprécie particulièrement. Et comme le vendredi est souvent synonyme de « décalé » pour coller à l’ambiance mousseuse, c’est Les Ramoneurs de Menhirs qui clôtureront la soirée… mais seulement après décidé de le faire ; on est punk ou on ne l’est pas !

For the Lions – Sylak Open Air 2016 © Philippe Jawor
For the Lions – Sylak Open Air 2016 © Philippe Jawor

Samedi 6 août 2016.

Réveil matinal obligatoire, pour ne pas rater du très bon ! Cette deuxième journée débute avec Nonsense, dont nous avons eu l’occasion de vous parler dans le Metal Obs’ n°72. Malgré l’heure peu avancée, le public a plutôt répondu présent, pour assister à une fort belle prestation de la part du groupe lyonnais, suivi par les non moins lyonnais de R.A.B., dont vous interpréterez l’acronyme comme bon vous semble. Et si au premier abord le groupe peut paraître potache – oui, potache –, il ne manque pas d’envoyer du steak comme il se doit, avec une sacrée dose de Rock’n’Roll… et quelques gnons, mais en toute amitié.

Suivront Unearth les vétérans d’Artillery, le Doom de Swallow the Sun ou encore le Pagan d’Ensiferum, mais surtout la belle claque d’Orange Goblin, la démonstration habituelle de Mass Hysteria, et le show bondissant de Sick of it all, qui n’a rien perdu de sa superbe depuis son passage au Hellfest deux mois plus tôt.

Cette deuxième journée s’achèvera avec Suicidal Tendencies, qui non content de nous coller une belle mandale, vient nous présenter des extraits de son nouvel album (à découvrir dans le Metal Obs’ #74) et un petit nouveau à la batterie, qui s’appellerait… Dave Lombardo, ou quelque chose comme ça.

Suicidal Tendencies @ Sylak 2016 © Philippe Jawor
Suicidal Tendencies @ Sylak 2016 © Philippe Jawor

Dimanche 7 août 2016.

Déjà le dernier jour ! À nouveau, c’est un groupe local, répondant au nom de Tusk, qui ouvre les hostilités, suivi du combo Hardcore – local lui aussi – Self Esteem, prouvant à nouveau ce qu’on avait constaté l’avant-veille : la scène Hardcore lyonnaise se porte bien !

Après l’énergie brute, on passe à plus calme : et si Hangman’s Chair nous régale, le Sludge/Black de Goatwhore passe plus difficilement en ce milieu d’après-midi, orientant les festivaliers vers les bars, les stands, ou les animations gonflables environnants. S’il fallait un groupe un peu en-dessous, c’était sans doute celui-ci. Heureusement, Dying Fetus et The Black Dahlia Murder viennent rattraper tout ça, le gang de Waterford se montrant particulièrement en forme. Puis, à nouveau, une petite baisse de régime avec Immolation, amputé d’un membre, et qui peine un peu à remplir l’espace…

La soirée sera un peu similaire, en mode « montagnes russes » : si on n’accroche pas forcément sur Finntroll – au contraire d’une grande partie du public, il faut bien le reconnaître –, Exodus nous remonte le moral avec force Thrash Metal, tout ce qu’on aime ! Tarja viendra distiller son Metal Sympho avec une scène plus à sa mesure que celle du Hellfest – et un horaire peut-être plus adapté aussi – avant que Converge ne vienne clore cette très belle sixième édition… vivement la prochaine !

Exodus @ Sylak 2016 © Philippe Jawor
Exodus @ Sylak 2016 © Philippe Jawor