You are currently viewing Ten56. </br>156 bpm de metal indus dans ta tronche !

Ten56.
156 bpm de metal indus dans ta tronche !

La première écoute nous a provoqué quelques acouphènes… Ten56., c’est un peu comme si Rammstein s’était accouplé avec Sisters of Mercy et Whitechapel dans une usine durant une rave-party de coreux. Du lourd, donc ! [Rencontre avec Aaron Matts (chanteur), Quentin Godet (guitare), Luka Garotin (guitare) et Arnaud Verrier (batterie) par François Capdeville – Photo : DR]

La première écoute m’a renvoyé à Rammstein, Whitechapel, Sisters of Mercy, et au dernier album de Perturbator…
Quentin : Je comprends l’évocation Rammstein, pour l’ambiance et le côté indus massif que l’on a complètement intégré à TEN56. Et oui, pour Whitechapel dans la violence et l’attitude.
Luka : C’est clair que l’utilisation des voix renvoie à Whitechapel. J’apprécie la référence à Perturbator qui est un artiste que j’aime beaucoup personnellement. Le mélange Metal et Indus fonctionne très bien et c’est quelque chose que j’aimerais explorer davantage.

Est-ce que Ten56 est un clin d’œil à la Bretagne ?
Arnaud : Exactement ! Vive la Bretagne ! Bon, blague à part, à l’origine on voulait s’appeler Downer qui était le nom de notre premier EP. Mais on a découvert qu’un artiste de rap US s’appelait déjà Downer. On a contacté par acquis de conscience sa prod’ qui nous a bien signifié qu’il y aurait des poursuites judiciaires si on gardait le nom. On a alors réfléchi ensemble pour trouver un nom qui claque et Aron a eu l’idée de Ten56.. Ten56 est un code de police aux US pour signifier qu’il y a un cadavre ou un individu sous emprise d’alcool ou de substances illicites sur la voie publique.

Et on est à combien de BPM (ndlr : battements par minute) pour les titres « Exit Bag » et « Boy » ?
Tous : 142 ? 156 ? (Luka bat le rythme. Ils se mettent d’accord sur 156).

Vous avez été membres ou êtes membres de groupes de Métal confirmés et qui affichent chacun une belle carrière (Betraying The Martyrs, Kadinja, Novelists FR, Uneven Structure). Comment est né Ten56. en fait ?
Quentin : Le groupe est né suite à une story d’Arnaud qui voulait faire du jazz. Aron a répondu présent… mais pas pour du jazz. Le projet a mûri au fur et à mesure. Au début, c’était juste pour se marrer, un peu comme un défouloir, mais il n’y avait pas d’ambition particulière. Le groupe a pris une autre dimension quand Luka nous a rejoints pour composer et produire la plupart des titres de Ten56..
Arnaud : on avait tous envie de faire quelque chose de différent de ce que l’on avait exploré avec nos groupes respectifs. Une envie de faire de la musique efficace, « straight to the point ».

Quel est votre titre préféré ?
Quentin : « Boy » regroupe tout ce que l’on veut faire avec TEN56.. C’est un titre qui a reçu un très bon accueil. J’en suis fier.
Aron : Je suis d’accord.
Luka : « Kimo » parce que c’est la dernière chanson écrite et il y a eu beaucoup d’allers-retours pour la finaliser. J’avais vraiment envie de finir l’EP, j’étais rincé. Il manquait quelque chose. Et dès qu’Aron a posé sa voix, le morceau s’est révélé.
Arnaud : « Kimo » également. Il y a des parties super rapides et je ne suis pas mécontent parce que je joue à la double pédale. Il se passe un maximum de trucs dans un minimum de temps. Tous les potards sont poussés à fond. Ce titre résume tout ce que j’aime dans notre projet.

Des projets de concert à venir peut-être pour ceux qui veulent se déboîter la nuque ?
Aron : On rejoint Landmvrks pour leur tournée française au printemps. On a quelques dates à venir, notamment dans des festivals cet été mais que l’on ne peut annoncer pour l’instant.

Qu’aimeriez-vous ajouter à l’attention des lecteurs de Metal Obs qui découvriront cette interview ?
Tous : Merci de l’avoir lue. On espère vous croiser sur les routes françaises en 2022. Et si vous allez à la Fnac pour récupérer votre magazine, il va falloir bien nous chercher dans les bacs parce que l’on ne sait pas encore dans quel style ils vont nous cataloguer… (rires)

CHRONIQUE EP

TEN56.
Downer Part 1
Out of Line Music
Hardcore industriel

Ten56. ?! C’est quoi donc ? C’est une grosse claque dans la gueule. Il n’est pas certain que vos tympans sortent indemnes de la première écoute. Pour résumer Ten56., on dirait un peu comme si Whitechapel s’était accouplé avec Sisters of Mercy. Un son très lourd et oppressant, porté par les growls d’Aaron Matts (ancien chanteur de Betraying The Martyrs) et une section rythmique qui tabasse comme dans les pires cauchemars Indus/gothic. On notera que malgré tout ce raffut acoustique, Downer Part. 1 bénéficie d’une production très léchée. Il faut dire que l’on retrouve aux manœuvres le fleuron du Metal made in France avec des membres de Kadinja, Uneven Structure et Novelists FR., c’est pour dire ! Sauf que ces techniciens ont décidé de s’allier pour produire un projet straight to point. Pas de chichi. Suffit d’écouter « Shitspitter » pour s’en convaincre à la quinzième seconde. Et sur « Kimo » ? La double pédale y fait office de mitrailleuse, ni plus ni moins. Cet EP de six titres est à écouter de toute urgence si vous êtes un aficionado de sensations fortes. De notre côté, nous avons hâte de découvrir TEN56. en live en attendant la sortie de leur futur album. [François Capdeville]