You are currently viewing <strong>TRIBULATION</strong> </br>Quand le sombre devient son…

TRIBULATION
Quand le sombre devient son…

Certains groupes sont des diamants cachés, et selon moi c’est le cas de Tribulation, qui signe probablement avec Where The Gloom Becomes Sound leur meilleur album à ce jour. [Extraits d’entretien avec Adam Zaars (guitare) par Valentin Pochart en partenariat avec All Rock – Photo : DR]

Votre guitariste soliste Jonathan Hultén a quitté Tribulation quelques mois avant la sortie de Where The Gloom Becomes Sound. Est-ce que cela a eu une influence sur ce dernier ?
Non, nous avons enregistré l’album en mai et juin, et il a quitté le groupe en octobre il me semble. Donc ça n’a pas affecté l’enregistrement en soi. Cependant ça a affecté les vidéos que nous avons réalisées avec lui pour le nouvel album. Mais pas le disque en lui-même.

L’album semble très inspiré par la mort et la magie, y a-t-il un concept derrière Where The Gloom Becomes Sound ?
Non, pas un concept. Nous avons toujours essayé de travailler avec synchronicité pour voir ce que nous offre la providence, et sur notre album précédent, Down Below, ça a été le monde d’en dessous. On a beaucoup lu sur le sujet avec Jonathan, et nous étions très inspirés par ça. Et s’il y avait un concept sur ce nouvel album, ce serait les cinq éléments, par lesquels Jonathan et moi avons été influencés durant nos lectures. Nous avons d’ailleurs nommé les chansons temporairement d’après les éléments. Et comme nous l’avons fait tous les deux, nous l’avons incorporé, mais ce n’est pas un album concept sur les cinq éléments pour autant.

Sur ce cinquième album, je pense que ma chanson préférée serait la première, « In Remembrance ». Pourrais-tu m’en parler ?
Oui, c’est une chanson qui était à la fois la plus facile et la plus dure à faire. Ça a commencé par s’écrire presque tout seul, notamment le riff principal et l’intro. Tout est arrivé d’un coup, et c’était très naturel. Mais c’était aussi la première fois que nous avons accordé nos guitares en drop C (Do). Et ce riff en est sorti je suppose. Et ça m’a semblé frais, et nouveau. Mais pour te dire pourquoi c’était la plus dure, Joseph [NDLR : Joseph Tholl, le nouveau guitariste de Tribulation] a sa place dans l’histoire, car je n’arrivais pas à terminer la chanson. Johannes et moi sommes allés au studio de Joseph un soir, et nous avons essayé des idées, et ils m’ont donné de nouvelles perspectives parce qu’ils ont une autre conception de la musique et une manière différente d’écrire. Ils ont donc vraiment ouvert quelque chose, et quelques idées que nous avons trouvé ce soir-là y sont, et ça m’a aidé à finir la chanson, qui est probablement ma préférée à moi aussi.